• Au contraire de l’image la plus répandue, "avoir la vocation" ne témoigne pas de l’arbitraire aveugle de la Grâce, mais de la plus haute liberté.

    Car c’est, en fait, décider librement d’entendre l’appel que le Christ nous adresse et se donner concrètement les moyens d'y répondre.

    Notre paroisse tient à ce que les jeunes puissent entendre l'appel que Dieu leur adresse et qu'ils puissent être en mesure d'y répondre positivement.
    N'hésitez pas à prendre rendez-vous avec le Père Bruno L'Hirondel pour en parler.

    Chacun est appelé à faire quelque chose de sa vie. Si une personne décide de se mettre au service d'une cause plus importante que ses seules préférences personnelles, on dit qu'elle répond à une vocation.

    La vocation, c'est donc une certaine manière de vivre sa vie, de la comprendre et de l'ordonner comme un service.
    Mais l'appel, l'origine de la vocation n'émane pas de la personne.
    Celle-ci ne peut que le recevoir et y répondre en toute liberté.

    La vocation, c'est "être appelé", "être appelé par" et "être appelé pour".
    Cela demande une écoute, une réponse.

    Pour les chrétiens, l'appel vient de Dieu, de la Parole du Christ invitant à le suivre et à être ses témoins dans le monde et dans l'histoire.

    Tout chrétien, par son baptême, est appelé à faire de sa vie une réponse et un service. La vocation baptismale se déploie dans tous les états de la vie : mariage chrétien, célibat...
    Quelle que soit notre vocation, nous sommes tous appelés à la sainteté, à participer à la plénitude de l'amour de Dieu donc, à aimer, à être heureux et à rendre heureux.

    Parmi les chrétiens, certains sont appelés à consacrer leur vie dans un don total à Dieu et au service d'une mission comme prêtre, diacre, religieux ou religieuse, laïc consacré...

    C'est ce qu'on appelle aussi les "vocations particulières".